laureats de l'european spiritual film

Publié le par haidjin

La cloture de l'European Spiritual film a eut lieu samedi 26 avril au Divan du mondeil vous est encore possible de visionner ces films pendant quelques jours sur sur le site http://www.festival-esff.com/  GRAND PRIX DU MEILLEUR FILM SPIRITUEL (1 000 Euros) remis par Maître Gyétrul Jigmé Rimpotché et Marc-Olivier Louveau  Der lachende Hund réalisé par Shohreh Jandaghian ( Germany : 8'40'') un film au tracé délicat mêlant tournage et dessin d'animation sur le thème de la guerre  PRIX DU MEILLEUR FILM SPIRITUEL EUROPEEN (500 Euros) remis par Karin Burggraf et André Fawagi L'homme entre science et religion de Caroline Puig-Grenetier ( France 56'30'') de longs interviews de scientifiques croyants qui font la distinction entre croire et justifier le manque de connaissances par l'existence de Dieu  PRIX DU MEILLEUR DOCUMENTAIRE SPIRITUEL (500 Euros) remis par Lee Choong Jik et Pascal Cuissot  Beyound fear de Michael Perlmann ( United States 56' 30'') deux témoignages bouleversants de tibétains emprisonnés.  PRIX DU MEILLEUR FILM SPIRITUEL D’ ANIMATION (500 Euros)  remis par Philippe Maynial et Chau Belle Dinh Das Floss de Jan Thûring ( Germany 9' 51'') une esthetique forte et grinçante sur l'histoire d'un radeau de la Méduse ...  PRIX DU PUBLIC (500 Euros) remis par Catherine Belkhodja The Miracle de Jeffrey Jon Smith ( United States 29') Ah si Lourdes pouvait produire des miracles !

Publié dans Passion cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
je decouvre ton monde avec gde joie
Bravooooooooooooooo Amiga!!!

Née le 15 avril 1955 à Paris d'un père algérien, et d'une mère française. À Alger, où elle résidait en face de la Grande Poste, elle accomplit ses études secondaires, écrit ses premières nouvelles et commence à étudier le théâtre, la musique et les Beaux-Arts. Elle fait ses premiers pas au cinéma et décide d'aller à Paris poursuivre des études d'architecture, de philosophie, d'urbanisme et d'ethnologie du Maghreb.

Licenciée de philosophie, elle gagne sa vie tout d'abord dans l'Éducation nationale et multiplie les emplois. Puis son diplôme d'architecte en poche, elle se spécialise en architecture bioclimatique et devient urbaniste à la Préfecture de Paris. Elle poursuit ses recherches en architecture solaire en Belgique, et part en Égypte étudier l'architecture de terre avec Hassan Fathy après l'obtention d'un DEA d'Esthétique sous la direction d'Olivier Revault d'Allonnes à la Sorbonne. Elle publie ses premiers articles dans les journaux Le Sauvage et Sans frontières et écrit son premier scénario.

De la télévision à l'art conceptuel en passant par l'architecture, le journalisme ou la philosophie, Catherine Belkhodja a ce qu'on appelle une palette étendue. Déjà présente au cinéma sous la houlette de Claire Devers (Noir et Blanc), Guy Gilles (Nuit docile), Jean-Pierre Limosin (L'autre nuit) ou Benoît Peeters (Le compte-rendu), elle participe au Centenaire du cinéma en devenant la figure centrale de Silent Movie de Chris Marker , où selon Bill Hoorigan elle est « une sorte de voyageuse du temps cinématographique, projetée dans l'univers monochromatique du cinéma muet pour lui dérober ses secrets ». Elle rencontre dans Level Five , également de Marker, une configuration singulière : un film qui repose entièrement sur une seule interprète, une sorte de voyageuse du temps cinématographique, projetée dans l'univers monochromatique du cinéma muet pour lui dérober ses secrets.
Répondre
C
TRES BEAU BLOG! BRAVO...

a+
séph

http://radiesthesie.over-blog.org
Répondre